La Nouvelle Zélande est un pays lointain qui fait rêver. On l’appelle le pays du  long nuage  blanc, « Aotearoa » en maori. Perdu au cœur du Pacifique, ce bout du bout du monde  nous a offert des paysages à couper le souffle : glaciers,  fjords, volcans (dont certains encore en activité), reflets des montagnes enneigées dans les lacs, forêts de fougères géantes, plages désertes… Rarement nous avons été aussi comblés par une telle beauté sauvage.

Mais la Nouvelle Zélande, c’est aussi un peuple qui est parmi les plus accueillants du monde, une culture maori parfaitement intégrée dans la société, une faune et une flore d’une richesse incroyable (beaucoup sont endémiques), et bien sûr…les all blacks !

Voici un  aperçu en quelques clichés de nos 5 semaines au pays des kiwis :

Rotorua connu pour son activité volcanique, ses geysers, ses piscines de boue brûlante et son odeur de soufre. 10% de la production néo- zélandaise d’électricité vient de l’exploitation de la géothermie….chiffre qui devrait encore augmenter et cette région est de loin  la plus contributrice du pays. En effet, le pays est soumis à une très forte activité géothermique dû à son chevauchement entre les plaques pacifique et australo indienne (tremblements de terre, tsunamis, éruption volcaniques…).Une vraie leçon de géologie pour les enfants …par ailleurs Rotorua est le berceau des maoris avec plus de 30% de la population maori (voir article d’Arthur sur notre soirée avec les maoris et le fameux haka) :

Tongariro National Parc : un des plus vieux parcs nationaux du monde qui abrite plusieurs volcans dont certains encore en activité. Le magnifique trek « Tongariro alpin crossing » de 8 h de marche  nous a permis de monter jusqu’au cratère du volcan et d’admirer ses lacs bleus émeraude. Nature sauvage avec départ sous une pluie diluvienne et fin dans une jolie forêt avec un soleil généreux.

 

Le Parc Abel Tasman (du nom du célèbre aventurier néo-zélandais qui a découvert l’Ile du Sud en 1642) : avec ses plages de sable fin orangé, sa mer transparente, ses forêts de hêtres qui s’étendent jusqu’à la mer, c’est un véritable paradis terrestre peuplé de dauphins et d’otaries qui ont élu domicile sur ses rochers. La randonnée de 26 kms que nous avons faite nous a transporté dans un univers de beauté sauvage et très diversifiée. Nous avons enjambé des cours d’eau, serpenté au milieu des fougères et des wekas (sorte de poule d’eau), traversé des clairières, longé des plages désertes (pas tout à fait, car il y avait de nombreuses otaries !), le tout sous un soleil magnifique. Une de nos plus belles randonnées entre 2 nuits dans des endroits isolés près de la mer. Une merveille dirait les mauriciens !

Le Milford Sound : certains disent que c’est le plus beau fjord du monde avec ses centaines de cascades , et ses dauphins et otaries. Malheureusement, le jour où nous y étions, nous avons absolument rien vu !! Cette région du Fjorland est l’une des plus humides du globe (il y tombe 7 mètres de pluie chaque année), et c’est rare d’avoir un grand ciel bleu. Mais bon, ce jour là, on n’a vraiment pas eu de chance car la visibilité était quasiment nulle. Cela ne nous a pas empêché de profiter d’une magnifique route sous le soleil jusqu’à ce que nous basculions sur le Milford Sound… et apercevoir des kéas, les seuls perroquets de montagne censés être les plus intelligents du monde .

Nous avons longé le magnifique lac Pukaki et effectué une petite randonnée jusqu’au pied du Mont Cook (1218 m) où nous avons emprunté deux ponts suspendus pour franchir les rivières formées par la fonte des glaciers. La vue sur ceux-ci était imprenable et on ne savait plus où regarder tant la beauté de la nature était omniprésente. Glacier pas très haut (à moins de 4000) mais technique que mon doux/dingue de mari aurait bien aimé gravir. Une autre fois…

Nous avons eu un véritable coup de cœur pour la petite ville de Wanaka dont la splendeur nous fut révélée par ses couleurs d’automne. Nous y sommes arrêtés quelques jours, le temps que Clémentine souffle ses 10 bougies et qu’on profite d’une magnifique balade en vélo le long du lac sur un tapis de feuilles orangées déposées par le vent ainsi qu’une superbe balade à 1500 m au dessus du lac sans voir âme qui vive. Génial !

Les « Pancakes Rocks » : ces falaises qui surplombent la mer sont constituées de dizaines de couches de calcaire dont la plupart n’ont que quelques centimètres d’épaisseur. Trente millions d’années … C’est le temps qu’il aura fallu pour donner naissance à ces falaises ! L’érosion a sculpté le paysage mais cela n’explique pas tout…un partie du phénomène reste sans explication scientifique.

Kaikoura : Clémentine a écrit un article sur notre aventure en bateau qui nous a permis d’apercevoir une baleine !

Mais la Nouvelle Zélande, c’est surtout…des prés verts qui contrastent avec le blanc des moutons, sans oublier les vaches et les cerfs qui ne sont pas en reste !

Difficile donc de résumer 5 semaines en quelques lignes…dans un pays riche, développé, ou la nature, la mer… et son respect… sont plus qu’un art de vivre.

 Nous nous sommes régalés :

– des bivouacs magiques dans les lieux les plus reculés de la planète

 -des marches dans des environnements naturels et si préservés

-des paysages à couper le souffle partout dans le pays…mais avec un coup de cœur pour l’Ile du Sud

-de la culture maori qui reste une réalité avec une volonté jusque dans les sphères du pouvoir de la respecter et l’ intégrer dans le fonctionnement du pays.

-des animaux aperçus par centaines que ce soit sur terre ou sur mer. Un zoo géant !

-de la mer, omniprésente pour notre plus grand bonheur.

-L’expérience du camping-car… à la fois excitante et fatigante pour chacun. Pas simple après 4 mois de vie à 100% les uns sur les autres …de le faire dans 7 m2.Ecole de vie que nous racontons dans un article spécifique mais qui a accru encore notre volonté/capacité de mieux vivre ensemble.

 

New Zealand for ever !