Costa-Rica

Et notre organisation dans tout cela?

Et notre organisation type dans tout cela ?

Après quinze jours de vacances  aux USA, la « reprise » coïncidait avec l’arrivée au Costa Rica. Comme tout voyage au long cours, nous avons progressivement essayé de mettre en place une « ossature » de journée type, même si il nous faut faire montre de beaucoup d’adaptabilité…et de rigueur pour faire ce puzzle ,quoiqu’il arrive…dans un ordre…ou un autre !

Nous avons donc mis en place, dans l’esprit de la Discipline Positive, des rituels avec les enfants afin de structurer les journées et de leur donner des repères. Voici notre journée « type » :

–          7 heures lever et petit déjeuner …et café ! Comment commencer la journée sans le café de Marie…ou la douche à l’eau froide de Philippe !!

–         8h réveil musculaire animé par Océane ou Clémentine

 

Séance de réveil musculaire dans le parking d’un hôtel

–          8h15 : « sweet time ».On commence la journée en se disant à chacun des paroles de gentillesse pour partir du bon pied. C’est fou comme  ce temps génère du positif…

–          Puis, on confie notre journée par un « Je vous salue Marie » familial accompagné de la flûte traversière de Phil quand nous ne dérangeons pas !!

–          9-11 heures : travail scolaire pour les enfants animés par tous les deux

–          11h18h30 : Activités diverses et variées

–          18 h30 : « closing time ». Chacun partage son « whaou » de la journée, c’est –dire son moment préféré, ainsi que 2 choses qu’il a apprises (sur le pays, ses habitants, sa culture..) Ensuite on parle du programme du lendemain et parfois  on vote pour prendre certaines décisions !

–          19h30 Diner

–          20h30 : coucher

Par ailleurs, chacun des enfants a des responsabilités bien précises :

Océane est responsable du réveil musculaire  (avec Clementine) ainsi que de la diététique  ( la cuisine costa –ricaine est assez basique, elle est composé de riz, haricot noir, poulet mais l’influence américaine est assez marquée et Arthur pourrait facilement manger des nuggets frites toute la journée !)

Clémentine, en plus du réveil musculaire, est conseillère touristique. Elle dévore les guides de voyages et nous fait une restitution précise de ce qu’elle a lu !

Quant à Arthur, il est responsable des affaires oubliées : c’est lui qui vérifie que rien ne soit oublié quand on quitte un endroit (par exemple une chambre d’hôtel). Il est également « grand guide » pendant les randonnées et prend son travail très à cœur (gare à ses sœurs si elles lui passent devant !)

Vivre en famille non-stop génère parfois quelques tensions…donc les recherches de solutions se succèdent jour après jour !! La dernière en date concernait la répartition des lits dans les chambres. La plupart du temps, on dort tous ensemble dans une chambre avec 2  lits doubles et 1 lit simple ou alors dans des dortoirs et  les enfants se disputent à chaque fois le lit double ou le lit du haut (lit superposé) Ils ont donc proposé de faire un tableau de répartition des lits selon les jours de la semaine et cela fonctionne plutôt bien !

Enfin, nous essayons de répondre aux demandes des enfants pour faire des temps spéciaux ce qui nous réjouit car c’est toujours un vrai bon moment !

 

 

Temps spécial de Phil avec Océane sur le lac Arenal avec une vue majestueuse sur le volcan

Inutile de préciser que les journées type 100% respectées sont rares  et il faut rester modeste tant les entorses à ces « règles » sont légions entre les déplacements, les visites et le  temps  à discuter avec les gens rencontrés et qui s’avère si riche. Le vrai voyage !!

Même si la tentation de l’instant présent est constante, la structure est nécessaire pour les enfants et il nous faut être rigoureux…sans être rigide.

En tout cas, il est intéressant de constater que le fait d’avoir du temps facilite la mise en place de ce fonctionnement et rendre les enfants acteurs et de fluidifier le quotidien…

Après un mois de « mise en  jambes », nous sommes en train de trouver le «bon tempo » dans ce voyage dans lequel les enfants et nous même nous régalons.

News dans une quinzaine de jours sur le sujet !!!

Petit déjeuné typiquement costaricain le « gallo pinto » composé de haricots rouge, riz, fromage et œufs…De quoi faire le plein d’énergie pour la journée!!

BIENVENUE AU COSTA RICA

La « Pura Vida » (littéralement « la vie pure ») que répète chaque costa ricain sur un ton chaleureux en presque toute circonstance (notamment pour remercier ou saluer) est profondément ancrée dans la mentalité du pays. En effet, les costa ricains, ou Ticos, prennent le temps de vivre avec douceur. Ici, pas d’armée, pas de tension politique, peu de pauvres et d’illétrés…mais une société paisible où il fait bon vivre. Cette étape costa-ricaine nous a permis de nous « roder » un peu par rapport à notre organisation pas toujours optimale (on ne sait jamais à 17 heures où l’on va dormir !) et de quitter progressivement le mode « vacances » pour rentrer dans le mode « voyage ». Les enfants ont d’ailleurs repris « le chemin de l’école » en travaillant 2 heures tous les matins (ou presque !) depuis le 4 janvier. Pas facile de travailler quand tant de découvertes les attendent … mais la perspective d’un bain de mer ou autre les motive à finir au plus vite ! Souvent les lobby d’hôtels, terrasses, halls d’aéroport,  ou encore tables de pic nic face à la mer font office de salle de classe improvisés !
On a beaucoup aimé le Costa Rica…avec sa nature grandiose regoupant  5% de la biodiversité de la planète, ses paysages époustouflants, ses plages immenses, de sable noire ou blanc, sur la côte pacifique ou caraibe…

Mais on a surtout été très touché par l’accueil et l’hospitalité des costa ricains. On a rencontré la semaine dernière Laura, costa ricaine de 43 ans, qui était  assise à la table à côté de nous pendant notre petit déjeuner. Après à peine 10 minutes de conversation, elle nous invitait à passer la nuit chez elle ! Samedi soir dernier, on a donc dormi dans sa maison, avec Carlos, son mari et leurs 2 enfants, Alberto, 9 ans et David, 7 ans. On a passé une très belle soirée à refaire le monde dans un anglo-espagnol assez approximatif, autour d’un poulet basquaise que j’avais cuisiné pour leur faire découvrir la cuisine française. Entre autre, une discussion sur la spiritualité qui était de haute volée!

A plusieurs reprises, lorsque nous avons eu du mal à trouver notre chemin (car nous avons eu le grand luxe de louer une voiture !), les gens à qui nous demandions la route n’ont pas hésité à faire de grands détours pour nous mettre sur la bonne voie . C’est comme cela que nous avons été escorté hier par 2 voitures de police pour retrouver notre hotel à Sa José ! Le jour d’avant, un costa ricain nous a accompagné à 5 hotels différents pendant plus d’une heure (avant que l’on trouve le bon !) Content de parler anglais, il nous disait qu’il avait tout son temps !

Surtout, le Costa Ricain ne demande pas plus que d’avoir le nécessaire pour vivre : un toit, de quoi se nourrir et surtout un grand sens de la famille . Rien de très différent que les pays pauvres, mais on sent une vraie sérénité de la vie dans un pays où les conflits ne sont pas le moteur principal .Le Costa Rica reste d’ailleurs un des pays préférés  en  Amérique Centrale où il fait bon vivre. La « Pura Vida »

On a été très sensible au fait que le Costa Rica soit extrêmement concerné par les problèmes écologiques et la protection de l’environnement. Le pays a de grands ambitions dans ce domaine (objectif « zéro carbone » d’ici 5-6 ans) et cela se sent ! Beaucoup d’hotels sont éco-responsables,  le tri sélectif est partout, la déforestation a été interdite, on ne trouve aucun déchets en bord de route et dans beaucoup de parcs nationaux, la faune et la flore sont largement préservés… Les costa ricains aiment leur pays et en prennent soin… Mais d’un autre côté, le pays vit du tourisme qui est la première source du revenu du PIB (devant la production du café et la culture de la banane). Or le développement du tourisme (construction d’infrastructures hôtelières, notamment par les nord-américains qui ont investi largement la côte pacifique du costa rica) n’est pas toujours compatible avec la préservation de l’environnement, donc le challenge du Costa Rica aujourd’hui est de trouver un équilibre entre les deux. Pas facile..
Nos bons moments au Cota Rica : –          Partir au petit matin dans le parc national de Tortuguero (côté caraibe) pour 3 heures de barque avec Junior, notre guide, dans les mangroves de la jungle pour apercevoir tortues, singes araignée, caimans, crocodiles, hérons bleus, et « jésus christ lézard » (car ils marchent sur l’eau !!), et ce  pour le plus grand bonheur des enfants .
–          Notre treck dans la jungle pendant 7 heures pour monter jusqu’au Cerro Chato, un volcan éteint (bravo aux enfants car c’est quand même le deuxième treck le plus difficile du Costa Rica !) Marche vraiment éprouvante avec de la boue jusqu’au cheville tout du long. Mais le bain dans le lac du cratère nous a récompensé de nos efforts ! Philippe voulait tenter l’ascension du volcan Arenal qui est toujours en activité mais après plusieurs avis des autochtones le déconseillant à cause des fumerolles très toxiques pour la santé, j’ai réussi à l’en dissuader !! Ouf !!

–          Le bain dans l’eau à 28 degrés du pacifique sous un soleil torride (ce qui a valu une belle insolation à notre Clémentine) en apercevant dans les arbres bordant la plage des singes « cappucino » (dont certains allaient fouiller dans les sacs pour prendre de la nourriture !), des paresseux en train de se relaxer sur les branches ou encore des singes hurleurs en train de se chercher les poux ! Bref, on a pu découvrir une partie de la faune du Costa Rica, notamment grâce à l’œil accéré de notre guide qui était capable de repérer des animaux (même minuscule) à plusieurs mètres.

Même si nous ne sommes restés que 15 jours au Costa Rica, cette parenthèse, verte et  » healthy »  a été délicieuse….Dans un  pays charmant où la nature est essentielle et où la philosophie de vie nous est apparue très saine à tout point de vue.

Paix, harmonie et tolérance règnent dans ce petit état tolérant finalement assez riche (12000 dollars de PIB par tête soit le 35 ème rang mondial. Les rencontres nous auront fait toucher du doigt le rythme effréné qu’est celui des pays industrialisés et les bienfaits de « cool down » parfois au quotidien.

Le démarrage parfait avant d’attaquer les pays andins, sans doute très différents à tout point de vue !

 

Où sommes nous?